Il nous raconte sa course...
 
Vous avez peut-être vu que je m’étais lancé sur la MONTAGN’HARD, un ultratrail de 107 kms avec 8500m de D+.
Cette épreuve s’est déroulée samedi 8 à St Nicolas de Véroce en Hte Savoie avec un départ à 5H du matin.
Nous avions 35h pour boucler ce parcours montagnard.
Mon objectif  majeur de l’année était de terminer cette course qui me fait rêver depuis des années.
Un peu moins de 200 coureurs se sont présentés sur la ligne de départ.

Le samedi il était impératif de se rafraichir car le mercure était assez élevé.
Je m’étais fixé un plan de marche raisonnable pour ne pas me griller en début de parcours.
Plan de marche respecté les 6 premières heures .
Vers le 30ème km, un petit coup de moins bien s’est fait sentir du à la température et peut-être un manque de ravitaillement .
Je calme mon allure jusqu’au point de ravitaillement suivant où je prends le temps de déguster un superbe jambon local, du fromage et du pain. Le tout arrosé de boisson gazeuse .
Il était prévu que je retrouve Françoise au 46ème km pour attaquer ensemble une montée sévère (+1000 m ).
Vers 16h nous quittons ce point de ravitaillement. Il ne reste plus que 60 km !
Je passe par des moments de fatigue musculaire mais la montagne est tellement belle que rien ne nous arrête.
Cette course se fait au mental et je n’ai jamais eu le doute , je visualisais l’arrivée .
Nous atteignons une base vie au 64ème km où un sac d’assistance laissé le matin nous attend ( vêtements de rechange, ravitaillements, etc…)
Il est 23h , nous quittons la base vie avec 2 autres coureurs.  C’est plus sympa pour attaquer la nuit.
Je rêvais d’un bon café , mais pas de bistro dans la montagne !
Vers 3h du matin , nous arrivons à un point de ravitaillement  où une tente igloo peut nous accueillir avec des lits de camp. (75ème km )
J’avais décidé de me poser 30’ pour me ressourcer.
Vers 4h , nous arrivons sur une crête et le ciel est chargé. Un orage dégringole et la pluie se transforme en grêle. (80ème km)  
Nous passons dans un immense pierrier suivi de névés.
Le jour se lève et ça fait du bien.
Bientôt le 86ème km , avant dernier pointage et Françoise va me quitter pour me retrouver à l’arrivée .
Je sens déjà que ça va le faire mais rien n’est jamais joué tant que la ligne d’arrivée n’est pas atteinte .
Il me reste une dernière montée de 1000m , un long passage en crête et une descente de 6kms vers l’arrivée .
J’apprends au dernier pointage que je suis 1er M3 (90èmekm). Il est 9h du matin et nous sommes dimanche .
J’arrive à trouver une énergie incroyable et je double quelques coureurs .
Le village approche.
L’arrivée est là !
Françoise m’attend pour immortaliser cet instant .
Il est 12h22’
Je suis le plus heureux !
Je jette mes bâtons en l’air, j’embrasse tout le monde .

  • 31h22’ de bonheur, 1erM3

Je vous rassure on ne me récupère pas sur une civière !

 

Go to top